Clash Isabelle Maurer/Jean-François Copé : les politiques sont-ils totalement coupés de la réalité des “vrais gens” ?

Invité dans “Des paroles et des actes”, Jean-François Copé a été  violemment pris à partie par Isabelle Maurer, une demandeuse d’emploi de  Mulhouse. Déstabilisé, le président de l’UMP n’a pas su quoi répondre. Au-delà  de la gêne de Jean-François Copé, cette séquence traduit également  l’incompréhension croissante des élites face aux réalités de certains Français. Les analyses de Raphaël Liogier, Aymeric Patricot et Jean Spiri.

JFC

Propos recueillis par Alexandre Devecchio pour le site d’info Atlantico

Invité dans “Des paroles et des actes”, Jean-François Copé a été violemment pris à partie par Isabelle Maurer, une demandeuse d’emploi de Mulhouse (voir ici). “Je suis désolée Monsieur Copé, ce soir je ne peux pas être calme”, a commencé la femme. Et de poursuivre : “Les Français vous regardent. Ils vous écoutent. Et malheureusement il y a beaucoup de paroles et pas beaucoup d’actes !”. Déstabilisé, le président de l’UMP n’a pas su quoi répondre. Au-delà de cette séquence et de la gêne de Jean-François Copé qui aurait pu réellement comprendre et répondre aux questions d’Isabelle Maurer ?

Jean Spiri : Mais que voulez-vous répondre ? Qui aurait pu répondre ? Aucun élu national ne vit cette réalité de tenter de vivre avec le RSA socle en cherchant du travail – aucun élu national, car la situation des élus locaux est très variée, et il ne faut pas oublier les milliers d’élus locaux qui exercent leur mandat bénévolement. Mais beaucoup – voire tous – y ont été confrontés, dans leurs fonctions d’élu local, lors de leurs permanences. Une situation comme celle-ci ne peut laisser insensible. Un élu local a des solutions particulières, mais un élu national se doit de proposer des solutions générales. C’est le problème de confronter des responsables politiques à des interventions de ce type : soit ils restent dans le pathos et ne peuvent rien dire, car oui, ils ne vivent pas cette situation, soit ils proposent des solutions qui sont sans commune mesure avec la détresse de leur interlocuteur immédiat. Cela n’est ni de droite ni de gauche : on se souvient de Christiane Taubira confrontée à la mère d’une victime d’un multirécidiviste. Que voulez-vous répondre face à une telle douleur ? Le responsable politique qui répondra en généralité paraîtra froid, insensible, technocratique ; cela qui répondra sur le registre personnel paraîtra déconnecté et démuni, sans réponse.

Mais nous ne devons pas nous arrêter à ce niveau d’analyse. Premièrement, il y a en effet des propositions systémiques pour répondre à un cas particulier. J’irai même plus loin : ce sont souvent des décisions macroéconomiques qui changent, sur le long terme, les destins individuels. Mais qu’il est difficile de faire comprendre que telle ou telle mesure représentera demain de l’emploi en plus, du pouvoir d’achat en plus, si l’on n’est pas capable de répondre à l’urgence d’une situation. Deuxièmement, il y a, comme l’a rappelé Jean-François Copé, des élus, qui eux accomplissent un vrai travail de développement territorial, de solidarités locales. Ce n’est pas un hasard si, malgré la baisse globale de la cote des élus, c’est encore le maire qui inspire le plus confiance à nos concitoyens. Enfin, je rappelle que le cas particulier est toujours dangereux pour l’analyse globale (désolé pour ceux qui voulaient une réponse dans le pathos). Je prendrais un seul exemple : aujourd’hui, le niveau de vie des retraités dépasse celui des actifs. C’est inédit. Mais chaque fois que vous le rappellerez, vous aurez aussitôt l’exemple de la veuve de marin-pêcheur fort mal lotie qui surgira. C’est vrai, il faut le prendre en compte. Est-ce une raison pour balayer d’un revers de manche tout discours général sur un rééquilibrage entre les générations (avec par exemple l’alignement de la CSG) ? Je ne le crois pas. Mais face à la veuve qui a une petite pension de réversion, que ce discours devient dérisoire et difficile à entendre ! Dans une certaine mesure, ce type de procédés empêche le débat de fond, celui de l’intérêt général qui transcende la somme des intérêts particuliers – même s’il ne doit pas oublier les cas concrets !

Raphaël Liogier (auteur de Ce populisme qui vient, Textuel, septembre 2013) : Il me semble que la vraie question n’est pas qui aurait pu répondre, mais quoi répondre. Si la plupart des hommes politiques, et non seulement Jean-François Copé, peuvent être paralysés par ce genre d’intervention de “simples citoyens”, c’est qu’ils ont fondé toute leur tactique politique sur l’empathie. En réalité ils ne sont pas plus éloignés de la vie populaire que les hommes politique de jadis, parce que c’est le principe même du pouvoir politique de créer une distance. La spécificité de notre époque, c’est qu’il y a une crise du récit collectif, et corrélativement une perte de confiance non seulement dans la politique en tant que telle mais dans le sens du vivre ensemble.

Une telle situation se traduit par le développement du populisme : une sorte de politique de l’empathie, vide de tout programme, qui cherche sans cesse à suivre les courants d’une opinion versatile. En réalité, cette façon de faire de la politique est la véritable trahison des aspirations populaires profondes. C’est ce que Baudrillard appelait la “politique du signe” : les dirigeants ne cherchent plus à faire sens, mais à montrer au peuple qu’ils comprennent leurs angoisses, qu’ils les éprouvent aussi. Ils vont même faire des lois, prendre des mesures qui ne seront destinées qu’à faire signe et non pas à faire sens, non pas à résoudre un problème réel.

Copé a été pris au dépourvu parce que cette femme le met face à ses contradictions, autrement dit face au fait évident qu’il ne peut pas ressentir ce qu’elle ressent, tout simplement parce qu’il fait partie d’un autre monde. Et s’il n’avait pas été populiste, entière voué à la politique du signe, mais authentiquement politique, à mon avis il aurait dû répondre : “oui, tout à fait je ne ressens pas ce que vous ressentez, et je ne cherche pas à le ressentir, ce serait hypocrite de ma part de prétendre le contraire. En revanche, je défends un programme politique que j’entends appliquer sans me laisser distraire si j’arrive au pouvoir, y compris sans me laisser distraire parce que vous ressentez à l’instant, justement pour qu’un jour vous vous sentiez durablement mieux”.

Quel est le message qui se dégage de cette intervention quant au ressenti des Français face à la situation actuelle, à leur trouble et leurs angoisses ?

Aymeric Patricot (auteur de Les petits blancs. Voyage dans la France d’en bas, Plein jour, octobre 2013) : Ce message exprime une grande détresse, une grande fébrilité. Beaucoup de nos concitoyens pensent que la classe politique sous-estime la profondeur de la crise telle qu’elle est vécue par les classes modestes, et maintenant par les classes moyennes. A vrai dire, le problème existe depuis trente ans. Rappelons-nous l’aveu mitterrandien concernant le chômage : “Nous avons tout essayé”. Les générations suivantes d’hommes politiques n’ont fait que reprendre ce message d’impuissance. Le problème est qu’en ne faisant rien, en se contentant d’espérer que la croissance reprenne d’elle-même – comme semble le faire Hollande, de manière tout de même très inquiétante -, on laisse la situation se déliter. Le chômage s’approfondit ; des familles entières, voire des quartiers, ne connaissent plus que lui. Le désespoir s’installe. A quoi s’attendait-on donc la classe politique ? Pensait-elle qu’on peut laisser impunément, pendant des décennies, prospérer la relégation sociale sans en payer un jour le prix ?

Sur le terrain, la régression est réelle, contrairement à ce que voudraient nous laisser croire certains observateurs officiels de la société française. Le pouvoir d’achat – c’est-à-dire le niveau de vie – régresse ; la sécurité sociale renoncer à soigner correctement certaines marges de la population ; la violence s’est installée de manière durable à l’école sans que la sonnette d’alarme, pour d’obscures raisons politiques, ne soit tirée ; les émeutes s’installent dans le paysage, et cela sans que beaucoup de politiques s’en émeuvent.

La question est de savoir si ce phénomène de stagnation, voire de régression, s’inscrit dans une certaine fatalité de la mondialisation voulant que le rééquilibrage entre nations provoque ces remous en Occident ou si, en France, la classe politique se montre particulièrement médiocre. J’ai bien peur, à considérer par exemple les taux de chômage, qui sont souvent beaucoup plus bas chez certains de nos voisins connaissant des taux de développement comparables, que la deuxième hypothèse soit à envisager.

Jean Spiri : L’emploi, le pouvoir d’achat, les perspectives de la jeunesse face à l’emploi. Trois thèmes essentiels qui touchent chaque famille française dans son quotidien – avec un thème qui montre aussi que nos concitoyens se préoccupent de leur avenir. Après, la politique est-elle réellement impuissante ? Je ne le crois pas. Si l’on juge l’immédiat et la situation personnelle, oui, souvent, elle est inutile. Il faut le reconnaître, pour ne pas susciter d’attentes démesurées. Mais si l’on mesure à l’échelle d’une génération, oui, les choix que l’on peut faire aujourd’hui sont structurants, et pour chaque cas individuel. Rendre nos entreprises plus compétitives, adapter notre modèle social, non pour le défaire, mais pour le faire correspondre à de nouveaux besoins, investir sur l’éducation, des décisions fortes dont les effets se font sentir sur la durée. Et c’est d’ailleurs pour cela que l’on commence à apprécier certaines décisions de Nicolas Sarkozy, ou de regretter celles qui ont été abrogées ! Alors, cessons aussi ce discours fataliste qui consiste à dire que toutes les décisions se ressemblent. Ce n’est pas vrai, même s’il faut souvent apprécier leurs résultats dans un temps qui n’est malheureusement plus celui de la scène politico-médiatique.

Raphaël Liogier : Cette façon de jouer sans cesse l’empathie, typique de ce nouveau populisme (dont je ne peux ici expliciter toutes les caractéristiques et subtilités), finit par user le système politique lui-même. Si vous voulez, lorsqu’un homme politique suit trop l’opinion publique, l’opinion publique finit par ne plus le suivre… Au fond, la majorité des gens sont beaucoup moins stupides que ce que s’imaginent les politiques. Je ne crois pas qu’ils demandent que l’on ressente ce qu’ils ressentent mais simplement que l’on ne se moque pas d’eux, y compris en prétendant parler en leur nom. Ils demandent du courage. Et tout ce qui a l’apparence du courage aujourd’hui devient précieux à leurs yeux.

Les politiques sont confrontés à une crise de défiance, les syndicats, qui n’ont pas réussi à mobiliser sur la réforme des retraites cette semaine, sont de moins en moins représentatifs, et les médias sont également contestés. Comment expliquer que le ressenti des Français soit tant ignoré ? Qui comprend encore les Français ?

Aymeric Patricot : Il y a quelques marqueurs symboliques qui permettent de dater les étapes de ce détachement progressif des élites par rapport aux populations qu’elles sont censées représenter. L’aveu d’impuissance concernant le chômage dans les années 1980 ; ce qu’on appelé le “virage sociétal” du Parti socialiste à la même époque, considérant qu’il devenait plus payant de s’occuper de questions de mœurs que de questions sociales ; l’importance donnée à la question des minorités ethniques, qui a bien sûr son intérêt, mais qui a provoqué le désarroi de la classe ouvrière : celle-ci s’est sentie trahie, ne s’est pas reconnue non plus dans la droite classique qu’elle tenait pour trop bourgeoise, et c’est à ce moment-là que le vote Front national est devenu significatif – ce qui d’ailleurs arrangeait bien la gauche pour des questions électoralistes.

L’aboutissement de ce processus, c’est la note du think tank Terra Nova de 2011 recommandant au PS de se consacrer à de nouveaux publics : minorités ethniques et sexuelles. Les “petits Blancs”, comme je les appelle dans mon livre (“Les petits Blancs”, parution 17 octobre aux éditions Plein jour), ont disparu de facto des radars de la gauche – une erreur tragique, selon moi, car il n’y a aucune raison que le PS abandonne cette part de l’électorat alors qu’une personne que nous admirons tous de ce côté-ci de l’Altantique, le démocrate Barack Obama, a fait depuis 2006 une certaine place dans ses discours aux classes moyennes blanches, citées explicitement, et dont il reconnaît qu’elles puissent légitimement se plaindre.

On pourrait encore parler d’une certaine tolérance de nos élites pour la corruption – que l’on songe seulement à Guérini ! Au choix stupéfiant de Hollande pour Cahuzac ! Aux divers errements de Chirac, puis de Sarkozy ! Et l’on comprend que cette nonchalance, cette paresse à sévir – de pair avec une paresse à agir, en général, puisque nous avons été habitués à une série de dirigeants incapables d’impulser une dynamique nouvelle au pays – finisse par devenir indéfendable. C’est d’ailleurs tout le drame de fronts républicains qui n’ont souvent de républicain que le nom (je pense à celui d’Hénin-Beaumont) et qui salissent, me semble-t-il, des notions politiques dont nous aurions pourtant bien besoin. En tout cas, il servent bien plus le Front national qu’ils ne l’atteignent.

Raphaël Liogier : Un homme politique sérieux et consciencieux n’est pas là pour se pénétrer en permanence du ressenti des Français. D’abord parce que les “Français” pris en un seul bloc, ça n’existe pas. C’est une vue de l’esprit, une fiction qui peut servir à arriver au pouvoir dans des situations de crises graves du récit collectif. Ce qu’il manque aujourd’hui, ce ne sont pas les politiques ou des syndicats qui chercheraient à se rapprocher des français, mais au contraire ceux qui auraient le courage de mettre en place une politique cohérente sans se préoccuper des aléas, des versatilités de l’opinion.

Etre un homme politique sérieux, c’est comme être un chercheur sérieux, il faut ignorer ce que l’on dit de vous, aller jusqu’au bout de vos idées, et oser les exposer (même si vous pouvez être copieusement conspué pour cela… par exemple sur le forum d’un journal en ligne !).

Jean Spiri : Ne nions pas les problèmes de représentativité de notre système. Représentativité sociale, vous l’évoquez. Représentativité politique bien sûr. Si le taux d’abstention est en hausse, il doit y avoir des raisons ! Il est difficile d’ignorer le problème d’offre, difficile de nier que parfois l’offre politique proposée par les partis ne correspond pas à la réalité de la société française. Et difficile de dire aussi que les éléments de langage tarte à la crème ne facilitent pas un grand mouvement d’adhésion. Les politiques sont-ils loin parce qu’ils ne comprennent pas les Français, ou parce qu’ils pensent qu’il ne faut surtout pas braquer telle ou telle catégorie et s’enferment dans un sorte de platitude anesthésiante ?

Au-delà, je pense qu’il y a aujourd’hui un système, notamment temporel, qui crée un agenda qui n’est pas celui des Français. L’impression qu’on est uniquement dans l’immédiat, et que le dire, pour faire, a été remplacé par le dire c’est déjà faire. L’impression qu’on est aujourd’hui uniquement dans des corrections de détail d’un modèle économique et social – voire sociétal – dont on sent pourtant qu’elles n’apporteront aucune solution de long terme. L’impression que l’on ne prend pas assez en en compte la dureté des mutations auxquelles notre société est confrontée. Des mutations liées à la mondialisation et à ses conséquences sur le système productif. Des mutations sociales qui interrogent nos solidarités. Des mutations territoriales aussi très fortes. Elu dans une ville proche de Paris, je n’ai certainement pas le même ressenti que mes amis élus dans une zone périurbaine du Sud-est. Les réalités françaises sont très diverses, et il serait malvenu de continuer à les ignorer. Cela ne peut que renforcer le sentiment d’abandon de certains de nos concitoyens. C’est que nous développions avec Elise Vouvet et Alexandre Brugère dans Citoyens des villes, citoyens des champs. Mais prendre en compte ces réalités très différentes, cela ne veut pas dire renoncer à construire un projet commun. Bien au contraire, c’est en partant de ce constat, en l’acceptant et en proposant des solutions que l’on peut être crédible pour tous ! Mais cela veut dire sortir de nombre de nos idées reçues confortables (l’égalité par la loi, sans préoccupation des effets réels, en est une !).

On n’a pas inventé l’électricité en perfectionnant la bougie. Aujourd’hui, les Français ont l’impression d’être confrontés à nombre de “perfectionneurs de bougies” qui ne prennent pas assez en compte l’ampleur des mutations dont eux-mêmes sont les témoins quotidiens. Que leurs partis sont réactionnaires, défendent des catégories de pensée appartenant à un monde passé. Il faut d’ailleurs noter que le FN est le pire de ces partis réactionnaires. Un parti d’extrême droite qui a su adapter son discours aux nouvelles peurs, mais en aucun cas leur apporter des réponses. Maintenant, si nous expliquons matin, midi et soir, qu’il sera le premier parti aux européennes, sans proposer un projet alternatif, sans faire une campagne sur et pour l’Europe, il ne faut pas s’étonner que la prophétie auto-réalisatrice se réalise. Ce n’est pas une adhésion de conviction de la part de nos concitoyens, alors cessons de nous comparer à ceux dont les solutions sont irréalistes, à ceux qui ne savent qu’enfoncer chacun dans les peurs, et paralyser ainsi tout progrès.

Qui comprend encore les Français ? Ceux qui comprennent qu’il y a au fond d’eux un désir de progrès et de changement, un désir complexe de plus de sécurités tout autant que de plus de libertés. Ceux qui ne s’arrêtent pas aux peurs à ressasser et aux petites protections qui demain sauteront d’autant plus vite. Ceux qui savent que comprendre ne sert que si l’on trouve des solutions… Bref, ceux qui parient sur l’intelligence collective d’un peuple et son sens de l’intérêt général.

Comment les dirigeants peuvent-ils à nouveau s’adresser au peuple ? Ont-ils toujours la légitimité nécessaire pour le faire ?

Jean Spiri : Il y a un point très important dans l’intervention d’Isabelle Maurer. Elle parle du message d’avenir que la politique devrait communiquer pour ses enfants. Le politicien suit le peuple ; le peuple suit l’homme d’Etat. Cet aphorisme illustre une situation où les responsables politiques ont peut-être trop l’œil rivé sur des solutions immédiates dans un cadre donné, sur les sondages qui montent et baissent, et sont incapables de prendre le risque de parler un langage différent. Ne nous y trompons pas, ce langage n’est pas celui de la démagogie et du populisme, du passé. C’est celui de la responsabilité, du mouvement et de l’avenir. Etre capable de parler au peuple, c’est avant tout l’entraîner, ce n’est pas chercher à vivre uniquement en résonance avec ses peurs et ses faiblesses. La légitimité des dirigeants politiques viendra de deux points essentiels, qu’il ne tient qu’à eux-mêmes de développer : une exemplarité personnelle ; une capacité à construire un projet crédible à dix ans. Ne sous-estimons pas le niveau d’information qui est aujourd’hui celui de nos concitoyens : les promesses faciles ne marchent plus. Ne sous-estimons pas non plus leur altruisme et leur sentiment d’appartenance à une nation qui a un avenir. Proposer des rustines pour aujourd’hui sans préparer demain, c’est une faute dont les Français sont de plus en plus conscients. A nous de savoir voir les réalités de notre pays, à nous aussi de savoir expliquer qu’à partir de ce point de départ, il y a un point d’arrivée que nous pouvons tous atteindre ensemble. Cela vous paraît naïf ? Un peu pompeux ? Passez en revue la semaine d’actualité politique, et voyez combien de responsables politiques se sont un tant soit peu livrés à cet exercice, plutôt que de parler de leur parti, de guerres intestines, du FN, de couacs ou de mesurettes qui seront vite oubliées tant elles ne résolvent rien. Et demandez-vous si les Français sont vraiment dupes !

Raphaël Liogier : Un homme d’Etat ne doit pas s’adresser au peuple mais se contenter d’être élu par une majorité sur un programme, et une fois élu il doit appliquer son programme le plus sincèrement possible. J’étais récemment dans l’émission de télévision face au journaliste et essayiste Eric Zemmour (qui a détesté mon livre !). Il m’a entre autres interpellé en me disant que De Gaule, selon mes critères, était un populiste parce qu’il s’exprimait au nom du peuple, et que pourtant je me gardais bien d’en parler dans mon livre, n’évoquant que Manuel Valls, Henri Guaino, Marine Le Pen, et des figures vraiment monstrueuses comme Staline ou Mussolini. Je lui ai répondu qu’il ne m’avait pas du tout compris parce que De Gaule est tout le contraire d’un populiste selon ma définition. Il disait avoir une “certaine” idée de la France, une idée particulière, la sienne propre, non pas celle de tout le monde, non pas celle du peuple. Quant au peuple, aux Français, il n’hésitait pas à dire que ils étaient “des vaux”.

Ce n’est pas une question idéologique pour moi, on peut trouver des personnalités absolument non populistes à droite comme à gauche. Ce qu’il nous manque pour redonner un début de confiance aux Français, ce n’est pas un homme politique qui soit en phase avec le peuple, mais un homme politique qui, au contraire, accepte d’être détesté, à partir du moment où il a été élu pour appliquer un certain programme. C’est cela le courage. C’est cela ne pas se moquer du peuple !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s